Et si nous mangions des fleurs ?

Mis à jour : 7 sept. 2020

Heureuse de continuer cette semaine en votre compagnie 🥰🙏!


Suite de notre thème cette semaine, "dites le avec des fleurs" 🌸 ! Aujourd'hui, et si nous mangions des fleurs ?

Quelle drôle d'idée !


Bien entendu, il ne s'agit pas de vous inciter à dévorer le bouquet que vous venez de recevoir... quoique 😂 ! Si le cœur vous en dit, je vous laisse découvrir à ce sujet, Fleurs de Cocagne, son éthique et ses fleurs.

Il ne s'agit pas non plus de postuler pour le rôle d'Azalée dans une drôle de manège...


Les fleurs ajoutées dans vos préparations culinaires ont bien évidemment nombre de vertus très intéressantes et c'est là tout l'objectif de cette publication.


Prêt à devenir "phytovore" ? Continuez à lire ce post 😃!


Avant de commencer, petite blague en guise de mise en garde : comme pour les champignons, toutes les fleurs peuvent être consommées mais certaines, une seule fois 🥴😨...

Avant de vous jeter sur n'importe quelle sommité fleurie, faites appel à un spécialiste ou bien soyez raisonnables et achetez-les auprès de vos revendeurs habituels de produits bios !

Pourquoi manger des fleurs ?


Pour le plaisir des yeux indéniable d'abord, pour celui du palais ensuite car nombre de fleurs diffusent des arômes inédits et surprenants qui boostent vos plats et enfin pour celui de se faire du bien. A savoir, les pétales des fleurs contiennent des Omégas 3 et 6 et certains des protéines.

Quelles fleurs consommer dans nos assiettes ?


Il est de plus en plus facile de trouver des fleurs de bourrache, de capucine, d'ail des ours, de primevères et de souci dans le commerce si nous n'avons pas la chance d'avoir un jardin non traité par des produits phytosanitaires et à disposition.

Ce sont donc ces fleurs que vous allez découvrir ou redécouvrir ici 😉 :


- la bourrache : violette et légèrement iodée, c'est l'atout charme de la mer dans une salade même si vous êtes végétarien. Elle est diurétique et agit sur la fièvre.


- la capucine : orange vif, elle réveillera vos papilles et vos salades avec un piquant proche du cresson. Elle a une action sur les cheveux, pectorale et a été considérée au XIXème siècle comme aphrodisiaque.

- l'ail des ours : à ne pas confondre avec le muguet et l'ail d'ailleurs car si il en a le parfum en plus subtil, aucun inconvénient à craindre tel celui d'en manger pendant des heures une fois le repas fini et... beaucoup d'avantages comme celui d'être riche en vitamines et sélénium ou d'être antioxydant et antimicrobien

- la primevère : comme son nom l'indique, 1ère fleur du printemps, au goût de miel une fois cuite mais moins jolie que crue, A des propriétés calmantes et expectorantes.


- le souci : pétales très jolis en salade ou utilisés pour colorer du riz comme le safran et vous apportez au passage ses propriétés antiseptiques, diurétiques et … régénératrices

Bon appétit !

Pour rappel, les plantes ne sont pas inoffensives. Il convient d'aborder le sujet de leur consommation avant avec votre médecin ou un spécialiste pour éviter toute interférence avec des traitements en cours ou un risque de toxicité.


En tant que conseillère en naturopathie et rééquilibrage alimentaire, je peux répondre à vos demandes d'informations complémentaires à réception de votre mail à contact@oralibra.com.

Portez vous bien et à très vite.🙏




#naturopathie

#thérapieholistique

#oralibratherapeute